La Vacquerie

La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castries  (La Vacariá e Sant Martin de Castrias) provient de l'unification des deux anciennes communes de La Vacquerie et de Saint-Martin de Castries en 1832. Le mot Vacquerie vient de vaccaria : lieu où paissent les vaches, terre inculte livrée au pâturage.
Sur la place principale du village, la maison dite « du Bailly » montre une porte sculptée et une galerie du XVIIe siècle. Le prieuré de Saint-Martin-de-Castries, qui fut une dépendance de l’abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, date du XIIe siècle. Son église, dont les ruines ont été restaurées en 2005, est la plus ancienne sur le plateau du Larzac. Les fouilles programmées de 2002 à 2006 sur le site ont révélé les vestiges d’un habitat d’époque carolingienne.
La commune de La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castries compte enfin de très nombreux monuments mégalithiques comme le dolmen de Costa Caouda, les deux dolmens de Ferrussac et un des quatre menhirs du Coulet.

Démographie

En 2012, la commune comptait 171 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793 : 480 habitants cette année-là. C’est en 1851 que le nombre d’habitants est le plus élevé : 725 personnes.

Préhistoire et antiquité

De nombreux dolmens, tumulus, menhirs et cavités sépulcrales témoignent d'une démographie particulièrement développée au Néolithique final. L'aven de Saint-Martin d'Azirou présente des restes de construction, du matériel lithique typique du Rodézien ainsi que de la céramique. Dans la grotte sépulcrale de Maurous, explorée par le chanoine Joseph Giry, furent découverts neuf grands vases funéraires datant de l'âge du bronze, exposés aujourd'hui au musée de Lodève. Le grand dolmen de Ferrussac fut aussi utilisé comme sépulture collective.
Des « grottes-citernes » servaient à récupérer l’eau au chalcolithique et à l'âge du bronze. On trouve des traces d'habitat et d'enceintes datant de l'âge du cuivre sur les sites de Saint-Martin d'Azirou, Montsaloux, La Trivalle, Sablières et la Vernède et des vestiges de villas romaines et de trois voies antiques au lieu-dit la Trivalle.

Période historique

En 807, le roi Louis le Pieux cède le lieu nommé Castries avec son église Saint Martin (aujourd'hui ruinée) à l'abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, fondée par Guillaume d'Orange, comte de Toulouse.
À partir du traité de Meaux en 1229, les évêques de Lodève deviennent les seigneurs de leur diocèse. Certains territoires continuent à ne pas dépendre de leur juridiction mais ressortent directement de Saint-Guilhem (une partie du village de la Vacquerie, la partie Nord-Est de la commune, Azirou et Saint-Martin de Castries).
En 1488, le camérier de l´abbaye de Saint-Guilhem cède à la famille de Vissec de Latude le domaine de Saint-Martin de Castries. La famille Vissec de Latude de Fontès possédera la seigneurie de Saint Martin-de-Castries jusqu'au xviiie siècle.
Durant les guerres de Religion, le village fut pris par les Catholiques en 15806.
Au XIXe siècle, La Vacquerie était idéalement située sur l'ancienne voie allant de Montpellier à Millau. En 1861, le percement de la route du Pas de l'Escalette, jusqu'alors seulement un sentier muletier, signa le déclin de sa population.

Spéléologie

En spéléologie, plusieurs avens situés sur la commune sont parmi les plus remarquables du département de l'Hérault :

  • l'aven Barnabé a une profondeur de 312 mètres et un développement supérieur à 2 kilomètres.
  • La grotte-cave de Vitalis, qui servit de cave à fromages, est la plus belle cavité de cette commune et une des plus réputées du causse du Larzac : elle fait 1,400 kilomètre de développement (accès interdit)
  • L'aven du Fonctionnaire, cavité située dans la grande plaine (polje) au nord du village a fait l'objet d'une coloration à la fluorescéine en 1972 (D.Caumont - CLPA) qui est ressortie à la source de la Clamouse quelque17 kilomètres plus loin dans la vallée de l'Hérault. Cette coloration a démontré l'existence d'un des plus importants réseaux souterrains (en développement et profondeur) entre les Pyrénées et les Alpes. La commune de La Vacquerie est une des communes du département de l'Hérault qui présente le plus important potentiel karstique et de ce fait un avenir spéléologique particulièrement important.
  • La grotte-aven de Ferrussac d'exploration récente par le CLPA (2012) dont la profondeur actuelle provisoire atteint les -172 mètres.

Les jardins familiaux

La commune ayant acquis la parcelle H 260 située rue Saint Guilhem, le Conseil Municipal a décidé de réaliser sur cet emplacement des jardins familiaux.
L’idée est venue du fait que de nombreuses maisons du village ne sont pas pourvues de terrain et, après consultation de la population, il s’est avéré que plusieurs familles étaient intéressées par ce projet.
Les motivations étaient différentes et le public très varié.
Certains y ont vu une occupation saine et valorisante, d’autres étaient intéressées par l’apport que pourrait représenter une production à moindre frais de légumes, d’autres enfin par intérêt pour une activité que le manque de terrain leur interdisait.
Cette diversité représente un intérêt certain pour la vie du village. Ces jardins sont un lieu qui permet de faire se côtoyer différentes générations, différents milieux et favorise des échanges renforçant la cohésion au sein de la population.
L’accessibilité aux personnes handicapées a, par ailleurs, été respectée.
Un règlement insistant sur l’obligation de pratiques biologiques fait prendre conscience aux utilisateurs des bienfaits écologiques d’une culture raisonnée.
Un composteur collectif a été installé, destiné aux jardiniers mais également à tous les habitants du village car la collecte des déchets verts n’est pas assurée faute de quantité suffisante. Ce système représente une expérience « pilote » en partenariat avec le syndicat Centre Hérault et la Communauté de Communes du Lodévois et Larzac.

Porte d’entrée méridionale du plateau du Larzac, La Vacquerie a connu des périodes bien différentes au cours de son histoire et même de la préhistoire dont on peut encore retrouver de nombreuses traces.
Dans l’Histoire récente les variations de populations sont impressionnantes, de plus de 800 habitants au milieu du XIX° siècle en passant par un « trou » à une soixantaine dans les années 1970, elle compte aujourd’hui 172 résidents permanents chiffre plusieurs fois multiplié notamment en été par les résidents secondaires qui viennent y rechercher une qualité de vie dans un paysage grandiose où la roche prend des formes que l’on a du mal à imaginer naturelles..
Le nom complet du village est : « La Vacquerie et Saint Martin de Castries » (excusez-nous du peu)
« La Vacquerie »...